Eloge historique et philosophique de mon ami, Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814)


photo-34 copie« Pourquoi m’avez-vous quitté, moi qui, par amitié, vous avais refusé aux plus aimables dames, et qui n’eusse pas donné votre société pour la protection d’un grand seigneur ? Hélas ! Je m’affligeais quelquefois à votre sujet, en pensant que je vous avais vu petit, et que déjà je vous voyais sur le retour, tandis que j’étais jeune encore. Je me plaignais à la nature, qui vous avait donné à moi pour ami et pour compagnon de mes courses, de ne nous avoir pas fait présent d’une vie d’une égale durée ; comme si il pouvait y avoir des amitiés parfaites dans une carrière si courte. Je pensais souvent à ce que je ferais quand vous seriez vieux, aveugle, ne pouvant plus marcher : je pensais que je vous porterais dans mes bras, et que, quelque mauvaise que fût ma fortune, je serais encore assez heureux pour faire le bonheur d’un ami. »

Pix : Anonyme.

BernardinBernardin de Saint-Pierre, Eloge historique et philosophique de mon ami, Rivages poche, 2014.

 

Publicités
Cet article, publié dans Littérature, Quote, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s