Chris Shaw, Life as a night porter, 2006

Capture d’écran 2015-04-26 à 15.12.42 C’est l’histoire d’un jeune homme qui pour se payer ses cours de photographie devient pendant plus de dix ans portier de nuit tous les soirs dans des hôtels à Londres. Des nuits faites d’insomnies, de portes qui claquent, de pas feutrés dans les couloirs, des histoires de solitude, de couples clandestins, de fêtes tardives. De joyeux fêtards, noceurs et exhibitionnistes en tous genre, dont certains, épuisés et ivres, finissent la soirée vautrés dans le canapé du hall d’entrée ou assoupis dans les toilettes du palier. C’était dans les années 90. Au départ, Chris Shaw muni de son leica prend des photos pour ne pas s’endormir, une manière comme une autre de tenir le coup jusqu’à l’aube, de passer le temps. Avec humour et la subtile pudeur d’un gentleman, Chris Shaw capte des instants de vie à priori plutôt banals de la vie nocturne d’un hôtel. Capture d’écran 2015-04-26 à 15.09.13C’est là justement dans cet ordinaire que naît l’extraordinaire, l’insolite. La nuit est propice à tous les fantasmes, l’hôtel à toutes les fictions, « les clients qui y transitent n’ont pas forcément de papiers en règle, s’y enregistrent souvent sous un faux nom. Ils viennent pour s’y cacher, se dérober à leur propre vie. » Si les photos de Shaw nous saisissent bien au-delà du genre « photos d’oiseaux de nuit » c’est qu’elles ont une résonance toute particulière. Au delà de la fascination, il nous faut aller chercher du côté de cette si forte empathie, de cette si brutale intimité que Shaw établit ici avec ses sujets. Capture d’écran 2015-04-26 à 15.09.24Rentrer dans l’hôtel de Chris Shaw c’est comme pénétrer dans une chambre par effraction, et dans l’obsession de regarder jusqu’au bout, aveuglément comme une échappée dans le réel. En 2006, il en tirera un livre Life as a night porter, publié chez Twin Palms, à la beauté aussi sobre que crue.

Mais qui est cet anglais à l’amabilité exquise, l’air de ne pas y toucher, installé depuis trois ans à Paris dans un loft de la rive gauche ? Chris Shaw a grandi à New Brighton dans le nord de l’Angleterre, c’est là dans les années 80 qu’il rencontre Martin Parr alors qu’il travaille sur sa série culte The last resort. Trois ans plus tard, il s’inscrit au département d’Art de Design de l’Université de Farnham, où Paul Graham enseigne. Chris Shaw fut à bonne école formé par tout ce que la photographie britannique des années 80 a produit de plus expérimental cherchant à pulvériser les frontières de l’art photographique. Mais c’est avant tout une Capture d’écran 2015-04-26 à 15.15.10photographie qui décidera de sa vocation en 1983, Two Carbage Cans du japonais Ikko Narahara, et la découverte de tout le mouvement iconoclaste Provoke, en témoigne la liste en forme d’hommage qui clôt le livre : Daido Moriyama, Takuma Nakahira entre autres. Des photographes devenus aujourd’hui des incontournables à cheval entre le reportage et Capture d’écran 2015-04-27 à 14.49.22la recherche conceptuelle. On ne s’étonnera pas que Life as a night porter soit à mi-chemin entre l’artistique et le documentaire, que ses clichés à l’aspect crade, au noir & blanc vintage évitent les écueils de la nostalgie et du sentimentalisme. Ce sont des instantanés mal cadrés, saturés, où l’on distingue les tremblés, la pellicule soumise à de fortes manipulations, irradiée à la photocopieuse, marquée des traces qu’aura bien voulu lui apposer le photographe comme cette empreinte qui imprimé sur le visage d’un dormeur lui donne cette sorte d’irréalité prégnante. Et sur lesquels Chris Shaw inscrira à l’encre noire « ses impressions » en forme de légendes. Life as a night porter est un sacré montage mental qui se joue des ratés.

Chris Shaw, Life as a night porter, Twin Palms, 2006. Capture d’écran 2015-04-26 à 15.57.36

Article paru récemment en version anglaise dans DOUBLE 29, avril 2015.

Publicités
Cet article, publié dans Archives, Photobook, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s