Guy Gilles retrouvé

d3cb-preparation-de-tournage.-delphine-seyrig.-le-jardin-qui-basculePix : Le Jardin qui bascule, préparation du tournage avec Delphine Seyrig, 1974.

Une mélancolie à fleur de peau. A la fois pudique et sensuel. Marqué à forte dose de littérature (Proust, Genet), de poésie, de rêves d’adolescent. Rien n’est plus fragile que le cinéma de Guy Gilles. Tout est dans le son, le rythme, les visages, un détail. Dans la captation de l’éphémère, la fuite du temps, les silences.

Ignoré ou rejeté par son époque, Guy Gilles est l’enfant secret du cinéma français des années 60/70. Contemporain de Godard et Truffaut, ce n’était pas un cinéaste cinéphile, mais avant tout un amoureux du cinéma. Né à Alger en 1938, s’essayant aux Beaux-Arts, il découvre dans une petite salle de quartier Edwige Feuillère, Viviane Romance, Lili Bontemps (vedette du music-hall dans les années 50 qu’il poursuivra lors de ses tournées à Tanger), Orane Demazis, autant d’actrices qui resteront comme un souvenir d’enfance, « un rêve de cinéma », et qui reviendront comme un leitmotiv dans ses films.

De longs métrages (L’amour à la mer, Au pan coupé, Clair de terre, Absences répétées, Le Jardin qui bascule) en courts (Soleil éteint, Au biseau des baisers), en documentaires (Ciné Bijou, Proust, l’art et la douleur), en émissions pour la télé (Dim Dam Dom), les films de Guy Gilles tracent une géographie singulière, quand filmer relève de l’urgence. Et nous parlent de notre impossibilité à vivre, d’amours qui ne peuvent exister que de loin… En cela, le cinéma de Guy Gilles n’est jamais loin de celui de Duras ou de Jean-Claude Guiguet, ils ont en commun d’être essentiel.

Guy Gilles pensait fermement que la vie était un poème. Son cinéma l’est, pleinement. Un 3 février 1996, à 57 ans à peine, la nuit viendra, Guy Gilles meurt des suites du sida. Trop tôt disparu.

A highly sensitive melancholy, at once modest and sensual. Deeply influenced by literature (Proust, Genet), poetry, and adolescent dreams. Nothing is more fragile than the cinema of Guy Gilles. Everything is in the sound, the rhythm, the faces, a detail. In the capturing of the ephemeral, the flow of time, silences.

Ignored or rejected in his day, Guy Gilles is perhaps the best-kept secret of French cinema from the ‘60s and ‘70s. A contemporary of Godard and Truffaut, he was a true lover of cinema. Born in 1938 in Algiers, he studied at the Beaux-Arts there. It was in a local movie theater that he first discovered Edwige Feuillère, Viviane Romance, Lili Bontemps (a 1950s music-hall star with whom he would later work in Tangier), Orane Demazis and other actresses who would remain childhood memories–his “dream of cinema” — and who would return like a leitmotif in his own films.

From feature-length movies (L’amour à la mer, Au pan coupé, Clair de terre, Absences répétées, Le Jardin qui bascule) to short films (Soleil éteint, Au biseau des baisers), documentaries (Ciné Bijou, Proust, l’art et la douleur) and TV programs (Dim Dam Dom), Guy Gilles’ work traces a singular geography in which filming becomes emergency. His films speak of the impossibility of living, of love that can only exist at a distance. As such, the cinema of Guy Gilles is never far from that of Duras or Jean-Claude Guiguet. They share in common an essential quality.

Guy Gilles believed strongly that life was a poem. His movies are clearly so. On February 3, 1996, at night, Guy Gilles died from complications due to AIDS. He left us too soon.

Article paru dans Double 28 en Octobre 2014.

Publicités
Cet article, publié dans Archives, Cinéma, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s