Olivier Rolin, Port-Soudan, 1994

photo(1)« Il me semblait parfois que les hommes étaient comme de grandes statues creuses à l’intérieur obscur desquelles grondait un bruit furieux, disloqué par la multiplication désordonnée des échos : et écrire eût été alors tenter d’orchestrer cette pure rumeur du chaos. Nous abritions, sous la majesté muette du ciel, ces retentissements de citernes, ces mugissements d’océan dans des grottes, de bêtes égorgées dans des caves. Cela avait à voir avec la démence et la mort, ou bien si l’on veut avec la raison et la vie considérées comme la lutte confuse et perdue d’avance que nous menions contre ces pouvoirs du néant, le retard qu’ils apportaient à venir nous faire taire. Écrire eût été composer de la musique entre le tohu-bohu et le silence éternel. Ces idées, je l’admets, manquaient de clarté : mais en est-il, en ces matières ? C’est en suivant aussi de semblables songeries qu’il m’arrivait d’imaginer un rapport aussi aveuglant, bref et indescriptible que le tracé de l’éclair, entre certaines nuées de mots et les hauteurs vertigineuses de l’orage. »

Olivier Rolin, Port-Soudan, éditions du Seuil, 1994, p.57-58.

Publicités
Cet article, publié dans Littérature, Quote, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s