W.G. Sebald, Austerlitz

Capture d’écran 2015-10-12 à 13.35.31

 

 

 

 

 

 

 

Pix : Portrait d’Agata

Je ressors mes vieilles archives postées sur Discipline in Disorder… Aujourd’hui, Austerlitz par W.G. Sebald, note de lecture écrite en février 2010.

Les livres de Sebald (on peut aussi conseiller Les émigrants, Vertiges, De la destruction) ne ressemblent à aucun autre. Œuvres d’exception, ce sont de véritables curiosités où des documents – photographies, journaux, cartographies… – viennent scander le récit à la manière d’une investigation, d’une réminiscence…dans un vertigineux jeu d’érudition. A l’instar d’un archiviste, Sebald retrace avec minutie et patience la mémoire défaillante ou fragile de personnages hors du commun – ici celle d’un dénommé Austerlitz -, des déracinés, des fantômes à la recherche de leurs origines.
Mort accidentellement en décembre 2001, Sebald, cet exilé volontaire révolté par le silence de toute une génération sur les évènements de la Seconde Guerre mondiale en Allemagne, aura été hanté toute sa vie par une seule appréhension : la disparition.

W.G. Sebald, Austerlitz, Actes Sud, 2002.

Publicités
Cet article, publié dans Littérature, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s