Frédéric-Yves Jeannet, Cyclone, 1997

Capture d’écran 2016-01-21 à 21.23.12

« J’ai installé la machine à écrire sur la table basse. Il me faut essayer de déchiffrer toutes les années de stérilité qui m’ont conduit jusqu’ici. De tout ce vide qu’il me faut évoquer pour y retrouver la trace des amis morts, et le souvenir des maisons que nous avons habitées, je voudrais que me revienne l’essence, le succédané, sans avoir à combattre encore pour peupler cette vacuité de maigres mots, de faux-fuyants et personnages. Il me faut pour cela reprendre sans cesse ni hâte le même chemin, page après page, aussi longtemps et aussi loin qu’il me sera possible. Dans ce vide insoutenable que je veux aujourd’hui conjurer, faire « oeuvre » – comme on cisèle le marbre ou le bronze avec l’espoir d’échapper au temps –  m’est aussi étranger que pourrait l’être dans mon cas l’acceptation d’une vie sédentaire. Il n’y a aucune continuité dans ce travail. L’impression fallacieuse que l’on peut éprouver de tenir à présent un livre entre les mains est évidemment un subterfuge. Je ne cherche qu’à m’approcher, fût-ce dans la douleur, de cette expérience du désert. Je veux retrouver pour toi cette histoire dans laquelle nous sommes pétris – ou pétrifiés. Depuis si longtemps, je ne trace que des amorces, bribes de récits, fragments d’un commencement qui ne s’achemine vers aucune réalisation. Jamais je n’ai pu trouver la force de croire jusqu’au bout à ces fictions dérisoires. J’assemble à l’infini ces fragments. Toute ma vie a enduit les pages : j’en retrouve la trace, mais les cartes sont battues, aucun enchaînement logique ne relie ces lambeaux.  »

Frédéric-Yves Jeannet, Cyclone, Argol éditions, 2010, p. 71-72.

Publicités
Cet article, publié dans Littérature, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s